Bolsonaro prié de “s’excuser” pour sa gestion de la crise, le “plus gros génocide” de l’histoire du Brésil

L’ex-président brésilien Lula estime que l’actuel chef de l’Etat Jair Bolsonaro devrait “s’excuser” s’il “avait un peu de grandeur” pour sa gestion de la pandémie de Covid-19, “le plus gros génocide” de l’histoire du Brésil, dans une interview publiée vendredi.
“Mardi, 3.158 personnes sont mortes de la Covid au Brésil, c’est le plus gros génocide de notre histoire. Notre attention ne doit pas se porter sur les élections de l’année prochaine, mais sur la lutte contre le virus et la vaccination de la population. Nous devons sauver le Brésil de la Covid-19”, estime dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel Luiz Inacio Lula da Silva, à nouveau éligible pour affronter M. Bolsonaro à la présidentielle de 2022.
Plus de 100.000 cas en 24h
Le Brésil a enregistré jeudi pour la première fois plus de 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, alors que l’épidémie y a déjà fait plus de 300.000 morts. Le Brésil est après les Etats-Unis le pays avec le plus grand nombre de décès et d’infections par le coronavirus. “Un président ne peut pas tout savoir. Mais il (M. Bolsonaro) devrait avoir l’humilité de consulter des personnes qui en savent plus que lui”, estime Lula. L’actuel président devrait, selon lui, “s’entretenir avec des scientifiques, des médecins, des gouverneurs et des ministres de la Santé afin de mettre au point un plan pour vaincre la Covid”. M. Bolsonaro, même s’il porte désormais un masque, “ne prend pas la Covid au sérieux”, accuse l’ancien dirigeant.
Le réquisitoire sévère de Lula
Et Lula de se livrer à un réquisitoire sévère contre l’actuel président: “Il ne croit pas aux vaccinations, il a dépensé une fortune pour un médicament appelé hydroxychloroquine, même s’il a été prouvé qu’il ne faisait aucun bien”.
“Ceux qui utilisaient des masques, il les traitait de ‘pédés’. Pendant un an, il n’a pas pris ce virus au sérieux et nous a raconté des mensonges. Pendant un an, il a provoqué tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui”, fustige l’ex-président. “S’il avait un peu de grandeur, il se serait excusé auprès des familles des 300.000 morts de la Covid et des millions de personnes infectées”, accuse-t-il. “Il est de notre responsabilité, à nous Brésiliens, d’arrêter cet homme et de restaurer la démocratie dans le pays”, prévient l’ex-président, pour qui “jamais dans l’histoire nous n’avons eu un président aussi irresponsable”.
Source: 7sur7

L’Allemagne se dit prête à utiliser le vaccin russe

L’Allemagne a réaffirmé vendredi être prête à utiliser le vaccin russe Spoutnik V afin de combattre l’épidémie de Covid-19, à la seule condition qu’il soit approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA).
“Une approbation par l’EMA – qui n’a pas encore eu lieu – donnerait à l’Europe la possibilité d’utiliser Spoutnik dans les campagnes de vaccination, ce qui serait également à envisager pour l’Allemagne”, a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert qui n’a pas voulu commenter les accusations de la France, qui voient dans ce vaccin un outil de “propagande”.
Un outil de “propagande”, selon Paris
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a en effet reproché ce vendredi à la Russie de faire de son vaccin anti-Covid Spoutnik V un outil de “propagande”. “A la manière dont c’est géré, c’est plus un moyen de propagande et de diplomatie agressive qu’un moyen de solidarité et d’aide sanitaire”, a-t-il déclaré sur la radio France Info.
 
L’exemple du don “médiatique” à la Tunisie
Prenant l’exemple de la Tunisie, le ministre a comparé les annonces de livraison de la Russie avec les livraisons déjà effectuées par le système international Covax d’aide au plus défavorisés, créé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). “La Russie a annoncé avec beaucoup d’environnement médiatique qu’ils allaient donner 30.000 doses aux Tunisiens, très bien Spoutnik !”, a lancé le ministre français. “Mais dans le même temps Covax a déjà livré 100.000 doses et va en liver 400.000 d’ici le mois de mai. Et il y aura en tout quatre millions de doses qui sont prévues pour cette année à la Tunisie. Ca c’est du vrai travail de solidarité, c’est de la vraie coopération sanitaire”, a-t-il dit.
 
La Chine et la Russie pointés du doigt
Plus généralement, le chef de la diplomatie française a pointé la guerre d’influence autour du vaccin à laquelle se livrent Pékin et Moscou. “La Chine, la Russie mènent une politique d’influence par le vaccin avant même de vacciner leur propre population”, a déclaré Jean-Yves Le Drian. Citant le cas du Sénégal, il a ainsi relevé que quand la Chine annonçait “avoir livré 200.000 doses à ce pays”, Covax en avait “déjà livré” le double.
 
Demande d’homologation européenne
Accueilli initialement avec scepticisme à l’étranger lors de son annonce à l’été, le Spoutnik V a vu sa fiabilité validée en février par la revue scientifique The Lancet. Une demande d’homologation est actuellement examinée par l’Agence européenne des médicaments (AEM). Malgré le succès proclamé de son vaccin Spoutnik V, homologué dans 56 pays, à grand renfort de propagande publique, la Russie peine à vacciner sa population, dont une part importante reste méfiante.
Source: 7sur7